Les dernières initiatives de l’ADEME : Un engagement renouvelé pour la transition écologique des entreprises

L’Agence de la Transition Écologique (ADEME) a récemment organisé un webinaire auquel ont pris part des relais et des chargés de mission entreprises, dont le cluster TEMERGIE fait partie. Cette réunion trimestrielle avait pour objectif de tenir informées les parties prenantes des dernières nouveautés et des sujets d’activité cruciaux dans le contexte actuel de transition écologique. Voici un aperçu des points clés abordés lors de cet événement. 

Formation e-learning : « Engager son entreprise dans la transition écologique » 

L’ADEME a présenté lors du webinaire sa nouvelle formation en ligne, accessible à tous et intitulée « Engager son entreprise dans la transition écologique ». Cette initiative novatrice vise à outiller les entreprises pour qu’elles puissent prendre des mesures concrètes en faveur de l’environnement. La formation, d’une durée de 2 heures et 15 minutes, ne nécessite aucun prérequis et offre la flexibilité de s’inscrire à tout moment. Le code de la formation est TRANSI21.

 

Guide pratique : « En entreprise, comment s’engager dans un parcours d’adaptation au changement climatique » 

Un autre point fort de ce rendez-vous trimestriel a été la présentation du guide élaboré par l’ADEME, visant à accompagner les entreprises dans leur démarche d’adaptation au changement climatique. En mettant en lumière les témoignages de 30 entreprises françaises, ce guide démontre la faisabilité et la diversité des actions à entreprendre pour s’engager pleinement dans cette démarche, quelle que soit la taille ou le secteur d’activité. 

 

Focus sur le dispositif « Territoires d’industrie en transition » 

L’ADEME a accordé une attention particulière au dispositif « Territoires d’industrie en transition » lors du webinaire. Ce programme, doté d’une enveloppe conséquente de 100 millions d’euros, représente une opportunité majeure pour les territoires engagés dans la transition écologique. Son objectif est clair : soutenir des projets industriels structurants ayant un impact significatif et positif sur les plans territorial, écologique et socio-économique. 

Les critères d’éligibilité sont rigoureux. Les projets doivent être localisés dans les territoires labellisés « Territoires d’industrie » et répondre à des attentes précises. Ils doivent présenter un caractère « industriel » au sens manufacturier du terme, excluant les secteurs comme le tourisme ou le cinéma. De plus, ils doivent être structurants, c’est-à-dire qu’ils doivent avoir des retombées importantes en termes d’impacts écologiques, industriels et territoriaux. 

 Un point crucial est la nécessité pour les projets d’avoir une assise financière solide, avec un seuil minimum de dépenses éligibles fixé à 400 000 euros. Cette condition vise à privilégier les projets orientés vers le développement de capacités productives plutôt que vers de simples modernisations d’équipements. De plus, les projets doivent être matures, avec un solde des dépenses financées au plus tard en 2027, assurant ainsi une mise en œuvre dans des délais raisonnables. 

Enfin, les projets doivent bénéficier du soutien des territoires concernés, démontrant ainsi leur adhésion à la stratégie industrielle locale. Cette adhésion se traduit notamment par la participation à la structuration de filières locales, la revitalisation de territoires confrontés à des chocs industriels ou encore l’engagement dans des démarches d’économie circulaire. 

Synthèse des aides à la transition énergétique pour les entreprises privées de La Réunion 

La présentation des aides à la transition énergétique destinées aux entreprises privées de La Réunion a également été un point focal du webinaire. Cette synthèse a rappelé l’importance des différentes formes de soutien financier disponibles pour encourager les entreprises à s’engager dans des initiatives écologiques. 

Les aides aux accompagnements, aux études, aux investissements et à la mobilité électrique ont été soulignées. Ces aides, financées par plusieurs organismes dont l’ADEME, l’État, la BPI France et d’autres, offrent un éventail d’opportunités pour les entreprises désireuses de s’impliquer dans la transition écologique. Elles couvrent divers aspects, de la mise en place de démarches d’accompagnement à la réalisation d’études préliminaires, en passant par le financement d’investissements et le soutien à l’adoption de véhicules électriques. 

Cette synthèse a souligné l’importance de ces aides pour soutenir les entreprises dans leur transition vers des pratiques plus durables et respectueuses de l’environnement. Elle a également mis en lumière la volonté des autorités publiques et des organismes de financement de jouer un rôle actif dans cette transition, en fournissant des ressources financières et un accompagnement adapté aux besoins des entreprises. 

Retrouvez cette synthèse à l’adresse suivante : https://librairie.ademe.fr/changement-climatique-et-energie/6581-synthese-des-dispositifs-d-aides-a-la-transition-energetique-des-collectivites-de-la-reunion.html 

Appel à projet Mobilité Douce : Accompagnement à distance par un bureau d’étude métropolitain 

Une annonce pertinente lors du webinaire concerne l’appel à projet pour les mobilités douces. Cette initiative vise à encourager les structures à mettre en place des services de déplacement respectueux de l’environnement, notamment au sein de leurs équipes. Les dépenses éligibles couvrent la mise en place de services de mobilité douce, les animations internes pour faciliter leur adoption par les salariés, ainsi que les abonnements à des applications ou outils de suivi. 

Une spécificité de cet appel à projet réside dans le fait que les entreprises sélectionnées seront accompagnées par un bureau d’étude métropolitain. Tout le processus se déroulera donc à distance, garantissant ainsi une accessibilité et une participation équitable des entreprises de La Réunion. 

L’ADEME et ses partenaires proposent un accompagnement financier conséquent, prenant en charge jusqu’à 50% des dépenses engagées, avec un plafond fixé à 15 000 euros sur une année. Cette incitation financière vise à stimuler l’adoption de pratiques de déplacement plus respectueuses de l’environnement au sein des structures, contribuant ainsi à réduire l’empreinte carbone liée aux déplacements professionnels. 

Les entreprises et organisations intéressées sont invitées à candidater en ligne sur le site dédié à l’appel à projet. Les dossiers seront examinés lors de deux relevés de dossier, le premier le 22 avril et le second au mois d’août, dans la limite des fonds disponibles. Cette démarche témoigne de l’engagement des autorités publiques et des organismes partenaires à encourager la transition vers des modes de déplacement plus durables, tant pour les entreprises que pour les individus. 

Pour candidater, voici le lien de l’appel à projet service de mobilité douce en entreprise : https://agirpourlatransition.ademe.fr/entreprises/aides-financieres/20240213/services-mobilites-douces-entreprise?cible=79&region=36 

Nouvelle plateforme AGIR : Interface améliorée pour une navigation simplifiée 

Lors du webinaire, l’ADEME a annoncé le réaménagement de la plateforme AGIR, dédiée à la transition écologique des entreprises. La nouvelle interface propose un regroupement par secteur d’activité ou par métier transversal, facilitant ainsi la recherche et l’accès aux ressources pertinentes. Cette refonte vise à offrir une expérience utilisateur plus intuitive, encourageant ainsi davantage d’entreprises à s’engager dans des actions concrètes pour l’environnement. 

Plateforme AGIR : https://agirpourlatransition.ademe.fr/ 

Évolution des aides de l’ADEME en 2024 : Nouveaux taux d’intensité et plafond de l’aide de minimis 

L’ADEME a partagé des informations importantes sur l’évolution de ses aides pour l’année 2024, notamment en ce qui concerne les taux d’intensité d’aide et le plafond de l’aide de minimis. Voici un aperçu des principales nouveautés réglementaires : 

Taux d’intensité d’aide : 

Les taux d’aide maximum ont été revus à la hausse, avec une augmentation de 10 points pour les différentes catégories d’entreprises : 

  • 80 % pour les Petites Entreprises, 
  • 70 % pour les Moyennes Entreprises, 
  • 60 % pour les Grandes Entreprises. 

Cette augmentation vise à encourager davantage les entreprises, quelles que soient leur taille, à investir dans des projets de transition écologique. 

Plafond de l’aide de minimis : 

Le plafond de l’aide de minimis a également été augmenté, passant à 300 000 € sur une période de 3 exercices. Cette augmentation du plafond permettra aux entreprises de bénéficier d’un soutien financier plus conséquent dans le cadre de leurs projets de transition écologique. 

Ces évolutions reflètent l’engagement continu de l’ADEME à soutenir activement la transition écologique des entreprises, en offrant des aides financières adaptées à leurs besoins et en encourageant leur participation à des initiatives durables. 

Bilan du Diagnostic BPI : Accompagnement vers une économie plus verte 

Une autre initiative d’importance présentée lors du webinaire est le bilan du Diagnostic BPI. Ce programme vise à soutenir les entreprises dans leur transition vers une économie plus verte en identifiant des leviers d’optimisation dans leur gestion des ressources. Deux volets principaux ont été abordés lors du bilan : le Diagnostic ECOFLUX et le Diagnostic DECARBON’ACTION. 

Le Diagnostic ECOFLUX a permis d’accompagner 16 dossiers, dont 12 ont été traités en 2023. Sur une durée de 18 mois, les entreprises ont bénéficié d’un accompagnement par un bureau d’étude pour réaliser des économies grâce à des actions ciblées sur les flux d’eau, de matières, de ressources et d’énergie. Cette démarche a permis d’identifier des pistes d’optimisation et de réduction des consommations, contribuant ainsi à une gestion plus efficiente des ressources. 

Quant au Diagnostic DECARBON’ACTION, il a concerné 17 dossiers, dont 10 traités en 2023 et 3 en 2024. Les entreprises ont bénéficié d’un accompagnement spécifique pour réaliser un bilan des gaz à effet de serre renforcé et élaborer un plan d’action visant à réduire leurs émissions. Cette approche intégrée permet aux entreprises de mieux appréhender leur impact environnemental et de mettre en place des mesures concrètes pour le réduire. 

Enfin, le programme VTE Vert Labélisé a bénéficié à 7 entreprises, dont 5 ont été accompagnées en 2023. Lancé en novembre 2020, ce programme vise à créer des ponts entre les jeunes issus des grandes écoles (BAC+3)  et les entreprises, dans le cadre de missions dédiées à la transition écologique. Cette initiative contribue à renforcer les compétences et les expertises en matière de développement durable au sein des entreprises, favorisant ainsi une transition vers des modèles plus durables.